Doctoriales: Roucoux: Le genre au coeur des résistances dans l’étude et la reconnaissance « religieuses » des « sectes »

Résumé: Considérant les « sectes » comme éminemment queer (bizarres) dans le paysage religieux et scientifique, mon intervention vise à montrer comment le genre est un prisme à travers lequel on a pu confirmer la dialectique religion/secte.

Dans un premier temps, à défaut de pouvoir parler de « sectes au prisme du genre », mon travail a consisté en un état de la littérature scientifique sur « les femmes dans les nouvelles religions ». De celle-ci, deux thématiques ressortent en priorité : l’autorité et les ressources, auxquelles les femmes accèdent dans plusieurs d’entre-elles. En contre-point, d’autres (universitaires et une actrice de la lutte antisectes américaine) ont rappelé combien les femmes pouvaient être aussi l’objet de maltraitances en ces mouvements, qu’ils et elle préfèrent par conséquent nommer « sectes ».

Dans un deuxième temps, j’ai envisagé l’éventualité d’un antisectarisme au prisme des rapports sociaux de sexe, en France ; bien que la MIVILUDES et l’UNADFI ne s’intéressent pas aux femmes, du moins pas autant qu’aux « jeunes » et aux « personnes âgées », à moins d’être enceintes. Les organismes antisectes français ne s’intéressent pas non plus au genre. Ce que confirme le mutisme de la MIVILUDES en réponse à la lettre publique de Jean-Marc Nesme, mettant à l’index « la théorie du genre » comme « dérive sectaire ». Mais la présence de Caroline Fourest aux côtés de Georges Fenech sur le plateau de C dans l’air, donne à penser l’existence d’un antisectarisme féministe en France, qui rejoindrait les luttes féministes contre les fondamentalismes et intégrismes religieux.

Dans un troisième et dernier temps, j’ai présenté le déroulement de ma réflexion de thèse. Et relativement au thème de la journée doctorale, j’ai évoqué les orientations critiques de mes recherches, inévitablement inscrites au croisement de luttes.

Doctoriales: Le genre au coeur des résistance: L’avenir des transmissions de luttes féministes

Cliquer dessus pour agrandir
Cliquer dessus pour agrandir

Programme :

10h00 : Accueil des participant.E.s

10h30 : Jean-François Brault, Les minorités sexuelles musulmans dans la France contemporaine

11h00 : Nassera Merah, L’avenir du féminisme en Algérie

11h30 : Akila Kizzi, Les écrivaines algériennes en quête de légitimation historique

12h00 : Guillaume Roucoux, Le genre au coeur des résistances dans l’étude et la reconnaissance « religieuse » des « sectes »

13h00 : Pause déjeuner

14h30 : Ouardia Ben Mamar, Egypte : quelle révolution pour sauver la révolution ?

15h00 : Myriam Paris, Construction un héritage féministe en postcolonie

15h30 : Anne-Claire Sanz-Gavillon, Mercedes Fórmica, un engagement

16h00 : Questions / Conclusions

Contact :

Marie-Dominique Garnier, maridogarnier@gmail.com

« Nationalismes sexuels », A. Le Renard

Séance « Nationalismes sexuels » du séminaire Condorcet « Le genre de la révolte », par E. Dorlin, le 18 janvier 2013.

Quelques références bibliographiques, support de l’intervention d’A. Le Renard:

Ci-dessous quelques-unes des références bibliographiques répertoriées de manière plus systématique dans Alexandre Jaunait, Amélie Le Renard et Elisabeth Marteu, « Nationalismes sexuels ? Reconfigurations contemporaines des sexualités et des nationalismes », l’introduction au numéro spécial de Raisons Politiques à paraître en mars 2013. (le sommaire du numéro est à la fin de ce document)

Genre, sexualité, nationalisme

Lila Abu Lughod, Remaking Women : Feminism and Modernity in the Middle East, Princeton: Princeton University Press, 2008.

Rhoda Ann Kanaaneh, Birthing the Nation. Strategies of Palestinian Women in Israel, Berkeley, University of California Press, 2002.

Elsa Dorlin, La matrice de la race. Généalogie sexuelle et coloniale de la nation française, Paris, La Découverte, 2006.

Tamar Mayer (ed.), Gender Ironies of Nationalism. Sexism the Nation, London, Routledge, 2000.

Anne McClintock, « “No Longer in a Future Heaven” : Gender, Race and Nationalism » in Anne McClintock, Aamir Mufti, Ella Shohat (eds.), Dangerous Liaisons. Gender, Nation and Postcolonial Perspectives, Minneapolis, London, University of Minnesota Press, (1997), 2004.

George L. Mosse, The Image of Man. The Creation of Modern Masculinity, New York, Oxford University Press, 1996.

Ann Stoler, « Eduquer le désir : Foucault, Freud et les sexualités impériales », Genre, sexualité et société [en ligne], 2010, 3.

Nira Yuval-Davis, Floya Anthias (eds.), Women-Nation-State, London, Palgrave, Macmillan, 1989.

Maria Eleonora Sanna et Eleni Varikas (coord.), « Genre, modernité et colonialité du pouvoir », Cahiers du genre, n°50, 2011, p.91-109.

 

« Homonationalisme »/« impérialisme gay » /« pinkwashing »

Lisa Duggan, The Twilight of Equality ? Neoliberalism, Cultural Politics, and the Attack on Democracy, Boston, Beacon Press, 2003.

David L. Eng, Judith Halberstam, and José Esteban Muñoz, « What’s Queer about Queer Studies Now », Social Text, Volume 23, Number 3-4, Fall-Winter 2005, p. 1-17.

Joseph A. Massad, « Re-Orienting Desire: The Gay International and the Arab World », Public Culture, 14(2), Spring 2002, p.361-386 ; Desiring Arabs, Chicago, London, The University of Chicago Press, 2007.

Maya Mikdashi, “Gays, Islamists, and the Arab Spring: What Would a Revolutionary Do?”, Jadaliyya, 11 juin 2011, en ligne: http://www.jadaliyya.com/pages/index/1836/

Jasbir K. Puar, Homonationalisme. Politiques Queer après le 11 septembre, Paris, Amsterdam, 2012.

Traduction de: Terrorist Assemblages: Homonationalism in Queer Times, Duke University Press, 2007.

Sarah Schulman, Israel/Palestine and the Queer International, Duke University Press Book, 2012.

Transformations contemporaines des nationalismes sexuels en Europe

Sirma Bilge & Paul Scheibelhofer, ed., “Unravelling the Politics of Racialized Sexualities” (dossier), Journal of Intercultural Studies, 33 (3), 2012.

Isabelle Clair, « Dedans/dehors. La sexualité, une ligne de démarcation ? », Genre, sexualité et société, n° 7, printemps 2012 « Périphériques » – revue en ligne.

Fatima El-Tayeb, European Others. Queering Ethnicity in Postnational Europe. University of Minnesota Press, 2011.

Eric Fassin, « La démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », Multitudes, 2006, 3/26, 2006, p. 123-131.

Éric Fassin, Judith Surkis, « Sexual Boundaries, European Identities, and Transnational Migrations in Europe », Public Culture, 22 (3), 2012.

Nacira Guénif-Souilamas, Eric Macé, Les féministes et le garçon arabe, Paris, Editions de l’Aube, 2004.

Jin Haritaworn, «Queer Injuries: The Cultural Politics of ‘Hate Crimesǁ in Germany », Social Justice 37(1), p.69-91; «Women‘s rights, gay rights and anti-Muslim racism in Europe », European Journal of Women’s Studies 19(1/2), 2012.

 

Circulation des catégories sexuelles et rapports d’hégémonie

Denis Altman, Global Sex, Chicago, The University of Chicago Press, 2002.

Marianne Blidon et Sébastien Roux (dir.), « L’ordre sexuel du monde » (dossier), L’Espace Politique, 13 (1), 2011.

Christophe Broqua et Fred Eboko (dir.), « La fabrique des identités sexuelles » (dossier), Autrepart, 1 (49), 2009.

Christophe Broqua, « L’émergence des minorités sexuelles dans l’espace public en Afrique », Politique Africaine, 126, 2012.

Marc Epprecht, Heterosexual Africa ? The history of an idea from the age of exploration to the age of AIDS, Athens, Ohio University Press, 2008.

Afsaneh Najmabadi. Forthcoming. “Is another language possible?”, History of the Present 2(2). En ligne: http://nrs.harvard.edu/urn-3:HUL.InstRepos:8338821

Adi Kunstman, Noor Al-Qasimi, « Queering Middle Eastern Cyberscapes », Journal of Middle East Women’s Studies, vol. 8, n°3, 2012, p. 1-13.

Peter A. Jackson « Global Queering and Global Queer Theory: Thai [Trans]genders and [Homo]sexualities in World History », Autrepart, n° 49, 2009, p. 15-30.

Gianfranco Rebucini, « Masculinités hégémoniques et “sexualités” entre hommes au Maroc. Entre configurations locales et globalisation des catégories de genre et de sexualité », Cahier d’Études Africaines, à paraître.

Jasbir Puar, « Global Circuits: Transnational Sexualities and Trinidad », Signs 26, no 4, juillet 1, 2001, p.1039-1065.

Ara Wilson, “Queering Asia”, Intersections: Gender, History and Culture in the Asian Context, 2006, n°14, en ligne: http://intersections.anu.edu.au/issue14/wilson.html

 

Approches historiques

Sahar Amer, “Medieval Arab Lesbians and Lesbian-Like Women”, Journal of the History of Sexuality, 18(2), 2009, p.215-236.

Jocelyne Dakhlia « Homoérotismes et trames historiographiques du monde islamique », Annales. Histoire,Sciences Sociales, 5/2007, p. 1097-1120.

Jocelyne Dakhlia, « Harem : ce que les femmes, recluses, font entre elles », CLIO. Histoire, femmes et sociétés, 26, 2007, p.61-88.

D’Emilio, John, « Capitalism and Gay Identity », in Ann Snitow, Christine Stansell, & Sharan

Thompson (dir.), Powers of Desire: The Politics of Sexuality, New York : Monthly Review Press, 1983, p.100-113.

Afsaneh Najmabadi, Women with mustaches and men without beards : gender and sexual anxieties of Iranian modernity, Berkeley, University of California Press, 2005.

 

Articles du numéro à paraître dans Raisons Politiques (mars 2013)

Alexandre Jaunait, Amélie Le Renard et Elisabeth Marteu, « Nationalismes sexuels ?

Reconfigurations contemporaines des sexualités et des nationalismes ». (introduction au numéro spécial)

Gianfranco Rebucini, « Homonationalisme et impérialisme sexuel : politiques néolibérales de l’hégémonie. »

Stefan Dudink, « Les nationalismes sexuels et l’histoire raciale de l’homosexualité »

Marguerite van den Berg et Jan Willem Duyvendak, « Parler de sexe sans rougir. Comment les cours à l’usage des parents construisent « l’identité néerlandaise » et la « sexualité normale »

Agnès Chetaille, « Une « autre Europe » homophobe ? L’Union européenne, le nationalisme polonais et la sexualisation de la « division Est/Ouest »

Patrick Awondo, Peter Geschiere, et Graeme Reid, « L’Afrique homophobe ? Pour une perspective plus nuancée »

Virginie Dutoya, « La bru du Pakistan » : Genre, sexualité et nationalisme dans la relation Inde/Pakistan »

Atelier Condorcet « Le genre de la violence »: Programme

Les séances auront lieu le vendredi de 16h à 18h30, au CNRS –  59/61 rue Pouchet 75017 Paris (salle de conférence), métro: Guy Môquet (ligne 13)

30 novembre 2012 : Violence révoltante, femmes révoltées
Coline Cardi  (Sociologue, Paris 8) & Geneviève Pruvost (Sociologue, CNRS-CEMS, EHESS) – « Penser la violence des femmes ».
Christelle Hamel (Sociologue, INED) – « Enquête sur les violences faites aux femmes, nouvelles perspectives, nouveaux chantiers ».

21 décembre 2012 : Féminismes noirs
Françoise Vergès (Présidente du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage)
Annabel Guérédrat (Chorégraphe, performer)

18 janvier 2013 : Genre, nation, révolution
Eric Fassin (Sociologue, Paris 8) –  « Franz Fanon, du sexe de la domination, au genre de la révolte ».
Amélie Le Renard (CNRS-CMH/PRO,EHESS) – « Genre, sexualité et homonationalisme ».

22 février 2013 : ComabattantEs
Mercedes Yusta (Historienne, Paris 8) – Genre, révolte et dictature dans l’Espagne de Franco (1939-1975)
Jules Falquet (Sociologue, Paris 7) – « Participer, bien sûr, mais où vont se nicher les rapports sociaux de sexe dans les projets révolutionnaires ? »

29 mars 2013 : Révoltes sans nom, jeunesse sans voix
Nacira Guénif-Soulamas (Sociologue, Paris 13) – « Révoltes sous réserve »
Isabelle Clair (Sociologue, CNRS/GTM) – « Révoltes reculées »

26 avril 2013 : MilitantEs
Frédérique Matonti (Science Politique, Paris 1) – « L’engagement des femmes au sein du PCF »
Valérie Pouzol (Historienne, Paris 8) –  « Le genre au coeur de la révolte : actions et revendications collectives des femmes juives orthodoxes (Israël 1998-2012) ».

31 mai 2013 : Séance exceptionnelle de clôture
Marie-Dominique Garnier (Littérature anglaise, Paris 8) – « RêVolt(e)s : Du Genre au Jenre ».
Hélène Fleckinger (Cinéma, Paris 8) – Vidéo féministe

Colloque international « Genre et Discriminations » (IEC/ARDIS)

Appel à communications

Le nouveau Domaine d’Intérêt Majeur de la Région Île-de-France « Genre, Inégalités, Discriminations » (G I D) a été créé en 2012 et réunit les activités sur le genre de l’Institut Emilie du Châtelet (IEC) et sur les discriminations de l’Alliance de Recherche sur les Discriminations (ARDIS).

Le GID organise sa première grande manifestation scientifique autour de l’articulation de ces deux thématiques les 27 et 28 juin 2013 à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Un appel à communication invite les chercheuses et les chercheurs de toutes disciplines – des sciences humaines, économiques, historiques, sociales ou juridiques aux sciences de la vie – à confronter leurs approches de l’articulation entre genre et discriminations. Vous trouverez cet appel en fichier attaché à ce message et sur la page dédiée au colloque : http://economix.fr/colloque-gid.php.

Pour répondre à cet appel, merci de déposer, avant le 30 janvier 2013, un projet de communication d’au moins une page (en français ou en anglais) sur la page : http://economix.fr/colloque-gid.php.
Une réponse sera communiquée aux auteur-e-s le 29 mars 2013.

Comité d’organisation:
Gwénaële Calvès (Univ. Cergy Pontoise), Eric Fassin (Univ. Paris 8), Claire Hancock (Univ. Paris Est Créteil), Stéphanie Hennette-Vauchez (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense), François Héran (Ined), Jacqueline Laufer (HEC), Catherine Louveau (Univ. Paris Sud), Frédérique Matonti (Univ. Paris 1 Panthéon Sorbonne), Dominique Meurs (EconomiX, Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense), Frédérique Pigeyre (Univ. Paris Est Créteil), Florence Rochefort (CNRS GSRL EPHE/CNRS), Daniel Sabbagh (CERI, Sciences Po), Patrick Simon (Ined)

Coordinatrice / contact : Sylvie Blumenkrantz : colloquegid2012@gmail.com

IEC – Allocations doctorales et postdoctorales 2013

Dans le cadre de la subvention que lui accorde la Région Île-de-France, le DIM « Genre, Inégalités, Discriminations » (GID) lance le 3 décembre deux appels à candidatures pour l’attribution d’allocations doctorales et post-doctorales. L’Institut Emilie du Châtelet (IEC) coordonne la sélection du pôle « Genre » et l’Alliance de Recherche sur les Discriminations (ARDIS) celle du pôle « Discriminations » du programme scientifique du DIM « Genre, Inégalités, Discriminations ».

Ces allocations sont destinées à soutenir des recherches menées dans un établissement de recherche et d’enseignement supérieur de la Région ïle-de-France:
– soit sur les femmes, le sexe ou le genre
– soit sur les discriminations

Elles concernent toutes les disciplines.
Les candidat-es indiqueront leur préférence pour l’un des deux thèmes.

– Allocations doctorales : elles prennent la forme d’un contrat  à déterminée d’une période de 36 mois (pour les étudiant-es qui s’inscriront en 1ère année de thèse) et 24 mois (pour celles et ceux qui s’inscriront en 2e année). Le salaire mensuel net est de 1 450 € minimum.
– Allocations post-doctorales : elles prennent la forme d’un contrat à durée déterminée, d’une durée de 12 à 18 mois, pour un salaire mensuel net minimum de 2100 €.

La date limite de renvoi des dossiers est fixée au 30 janvier 2013.

Vous trouverez toutes les informations et documents nécessaires pour répondre à ces appels sur le site de l’IEC: http://www.mnhn.fr/iec

Doctorat Genre

Le Centre d’études féminines, aujourd’hui « Centre d’études féminines et d’études de genre » (CEFEG), a été fondé à Paris VIII (Vincennes) en 1974 par Hélène Cixous. Contemporain des tout premiers programmes universitaires consacrés à l’étude des questions féminines ou féministes (Women’s Studies), qui virent le jour aux États-Unis au début des années 1970, il reste à ce jour en France l’un des rares centres de recherche universitaire habilité à délivrer des diplômes dans ce domaine de recherches. Le Doctorat en études de genre de Paris VIII est la seule formation doctorale en France dans ce domaine. Ce carnet qui lui est dédié veut donner un rayonnement plus large, au-delà des frontières géographiques de l’université, des enseignements délivrés par la formation, dans le but notamment de mettre plus largement en réseau les doctorantes et doctorants en Etudes Féminines et de Genre (francophones, anglophones et hispanophones).