Intervention d’Hélène Fleckinger au séminaire Condorcet le 31 mai 2013

Hélène Fleckinger, aujourd’hui rattachée au Labex « Créations, arts et patrimoines », a consacré sa thèse aux relations entre féminisme, cinéma et vidéo pendant « les années mouvement »

Première partie (le fichier son, d’un peu plus de 4 minutes est disponible à la suite de cette partielle retranscription)

Au cours des années 1970 , quels sont les apports spécifiquement féministes aux pratiques de production et de diffusion de vidéos et de films, notamment militants ?

Pour répondre à cette question, H. Fleckinger a exhumé 700 films d’intervention, protéiformes et, à quelques exceptions près, d’autant plus méconnus que non conservés dans des institutions.
Un premier constat s’impose : rares et dispersées sont les traces laissées par les actrices (féminin générique) de cette histoire à la croisée du féminisme, du cinéma et de la vidéo. 

Quelles étaient les caractéristiques du mouvement de libération des femmes (mlf), étant entendu que ces caractéristiques traversent les vidéos féministes ?

Les figures de la révolte féministe de la décennie 1970 se sont caractérisées, notamment, par leur maniement de l’humour et de la réflexion critique, l’un et l’autre visant à mettre en évidence l’oppression spécifique expérimentée par les femmes, afin d’ouvrir les voies de leur libération.

Le mlf s’est rassemblé autour

– du principe d’auto-émancipation : seulE l’oppriméE peut analyser, théoriser et déterminer les moyens de lutter contre son oppression

– du refus de la mixité

– de son autonomie à l’égard des partis politiques

– de son refus de se constituer en organisation, de reconnaître en son sein une quelconque hiérarchie : il a eu plus d’une origine et jamais il n’a jamais eu de chef.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter le début de l’intervention d’H. Fleckinger

hélène Fleckinger séminaire condorcet #1

La suite bientôt…

Doctoriales: Roucoux: Le genre au coeur des résistances dans l’étude et la reconnaissance « religieuses » des « sectes »

Résumé: Considérant les « sectes » comme éminemment queer (bizarres) dans le paysage religieux et scientifique, mon intervention vise à montrer comment le genre est un prisme à travers lequel on a pu confirmer la dialectique religion/secte.

Dans un premier temps, à défaut de pouvoir parler de « sectes au prisme du genre », mon travail a consisté en un état de la littérature scientifique sur « les femmes dans les nouvelles religions ». De celle-ci, deux thématiques ressortent en priorité : l’autorité et les ressources, auxquelles les femmes accèdent dans plusieurs d’entre-elles. En contre-point, d’autres (universitaires et une actrice de la lutte antisectes américaine) ont rappelé combien les femmes pouvaient être aussi l’objet de maltraitances en ces mouvements, qu’ils et elle préfèrent par conséquent nommer « sectes ».

Dans un deuxième temps, j’ai envisagé l’éventualité d’un antisectarisme au prisme des rapports sociaux de sexe, en France ; bien que la MIVILUDES et l’UNADFI ne s’intéressent pas aux femmes, du moins pas autant qu’aux « jeunes » et aux « personnes âgées », à moins d’être enceintes. Les organismes antisectes français ne s’intéressent pas non plus au genre. Ce que confirme le mutisme de la MIVILUDES en réponse à la lettre publique de Jean-Marc Nesme, mettant à l’index « la théorie du genre » comme « dérive sectaire ». Mais la présence de Caroline Fourest aux côtés de Georges Fenech sur le plateau de C dans l’air, donne à penser l’existence d’un antisectarisme féministe en France, qui rejoindrait les luttes féministes contre les fondamentalismes et intégrismes religieux.

Dans un troisième et dernier temps, j’ai présenté le déroulement de ma réflexion de thèse. Et relativement au thème de la journée doctorale, j’ai évoqué les orientations critiques de mes recherches, inévitablement inscrites au croisement de luttes.