Intervention d’Hélène Fleckinger au séminaire Condorcet le 31 mai 2013

Hélène Fleckinger, aujourd’hui rattachée au Labex « Créations, arts et patrimoines », a consacré sa thèse aux relations entre féminisme, cinéma et vidéo pendant « les années mouvement »

Première partie (le fichier son, d’un peu plus de 4 minutes est disponible à la suite de cette partielle retranscription)

Au cours des années 1970 , quels sont les apports spécifiquement féministes aux pratiques de production et de diffusion de vidéos et de films, notamment militants ?

Pour répondre à cette question, H. Fleckinger a exhumé 700 films d’intervention, protéiformes et, à quelques exceptions près, d’autant plus méconnus que non conservés dans des institutions.
Un premier constat s’impose : rares et dispersées sont les traces laissées par les actrices (féminin générique) de cette histoire à la croisée du féminisme, du cinéma et de la vidéo. 

Quelles étaient les caractéristiques du mouvement de libération des femmes (mlf), étant entendu que ces caractéristiques traversent les vidéos féministes ?

Les figures de la révolte féministe de la décennie 1970 se sont caractérisées, notamment, par leur maniement de l’humour et de la réflexion critique, l’un et l’autre visant à mettre en évidence l’oppression spécifique expérimentée par les femmes, afin d’ouvrir les voies de leur libération.

Le mlf s’est rassemblé autour

– du principe d’auto-émancipation : seulE l’oppriméE peut analyser, théoriser et déterminer les moyens de lutter contre son oppression

– du refus de la mixité

– de son autonomie à l’égard des partis politiques

– de son refus de se constituer en organisation, de reconnaître en son sein une quelconque hiérarchie : il a eu plus d’une origine et jamais il n’a jamais eu de chef.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour écouter le début de l’intervention d’H. Fleckinger

hélène Fleckinger séminaire condorcet #1

La suite bientôt…