Doctoriales: Roucoux: Le genre au coeur des résistances dans l’étude et la reconnaissance « religieuses » des « sectes »

Résumé: Considérant les « sectes » comme éminemment queer (bizarres) dans le paysage religieux et scientifique, mon intervention vise à montrer comment le genre est un prisme à travers lequel on a pu confirmer la dialectique religion/secte.

Dans un premier temps, à défaut de pouvoir parler de « sectes au prisme du genre », mon travail a consisté en un état de la littérature scientifique sur « les femmes dans les nouvelles religions ». De celle-ci, deux thématiques ressortent en priorité : l’autorité et les ressources, auxquelles les femmes accèdent dans plusieurs d’entre-elles. En contre-point, d’autres (universitaires et une actrice de la lutte antisectes américaine) ont rappelé combien les femmes pouvaient être aussi l’objet de maltraitances en ces mouvements, qu’ils et elle préfèrent par conséquent nommer « sectes ».

Dans un deuxième temps, j’ai envisagé l’éventualité d’un antisectarisme au prisme des rapports sociaux de sexe, en France ; bien que la MIVILUDES et l’UNADFI ne s’intéressent pas aux femmes, du moins pas autant qu’aux « jeunes » et aux « personnes âgées », à moins d’être enceintes. Les organismes antisectes français ne s’intéressent pas non plus au genre. Ce que confirme le mutisme de la MIVILUDES en réponse à la lettre publique de Jean-Marc Nesme, mettant à l’index « la théorie du genre » comme « dérive sectaire ». Mais la présence de Caroline Fourest aux côtés de Georges Fenech sur le plateau de C dans l’air, donne à penser l’existence d’un antisectarisme féministe en France, qui rejoindrait les luttes féministes contre les fondamentalismes et intégrismes religieux.

Dans un troisième et dernier temps, j’ai présenté le déroulement de ma réflexion de thèse. Et relativement au thème de la journée doctorale, j’ai évoqué les orientations critiques de mes recherches, inévitablement inscrites au croisement de luttes.

Doctoriales: Le genre au coeur des résistance: L’avenir des transmissions de luttes féministes

Cliquer dessus pour agrandir
Cliquer dessus pour agrandir

Programme :

10h00 : Accueil des participant.E.s

10h30 : Jean-François Brault, Les minorités sexuelles musulmans dans la France contemporaine

11h00 : Nassera Merah, L’avenir du féminisme en Algérie

11h30 : Akila Kizzi, Les écrivaines algériennes en quête de légitimation historique

12h00 : Guillaume Roucoux, Le genre au coeur des résistances dans l’étude et la reconnaissance « religieuse » des « sectes »

13h00 : Pause déjeuner

14h30 : Ouardia Ben Mamar, Egypte : quelle révolution pour sauver la révolution ?

15h00 : Myriam Paris, Construction un héritage féministe en postcolonie

15h30 : Anne-Claire Sanz-Gavillon, Mercedes Fórmica, un engagement

16h00 : Questions / Conclusions

Contact :

Marie-Dominique Garnier, maridogarnier@gmail.com